bienvenus à bord du OUTLAW ! (guilde RP/PVP imperiale sur Huntmaster)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Le RP c'est quoi ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lincoln O'klivan
Admin
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/01/2012
Age : 30
Localisation : là où y'a des cred's

MessageSujet: [Le RP c'est quoi ?]   Mer 4 Jan - 18:38

(texte de Ouranos & William Flynn sur le forum JOL )


Citation :
Guide destiné au joueur de MMORPG voulant connaître le roleplay.

Voici un guide de jeu à l'attention des joueurs de MMORPG qui se demandent ce qu'est le roleplay, ou qui aimeraient s'y mettre mais qui pensent ne pas en savoir assez. D'une manière générale, ce guide s'adresse à tous les joueurs intéressés de près ou de loin par le roleplay.
Qu’est ce que c'est concrètement ? Comment le pratique-t-on ? Faut-il des connaissances particulières ? Dois-je faire partie d'une guilde spéciale ? Les réponses sont ici.


Comment utiliser ce guide ?

Ce guide est assez long, et comme je sais que vous désirez commencer à jouer le plus tôt possible, je vais vous dire quelle parties sont les plus importantes

Pour pouvoir découvrir le jeu de rôle dans un MMORPG et commencer à le pratiquer, vous devrez impérativement lire les chapitres suivants :
Le roleplay, c'est quoi ?
Le roleplay en six points
Créer un personnage et l'interpréter en six étapes simples
Les autres chapitres peuvent être considérés comme des annexes, et sont truffés d'informations et d'exemples qui vous permettront de développer et d'enrichir vos parties.
Bonne lecture !


Sommaire :
I/ Préambule
II/ Le roleplay, c’est quoi ?
III/ Le roleplay en six points
IV/ Créer un personnage et l’interpréter en six étapes simples
V/ Les idées reçues
VI/ Précisions diverses
VII/ Conclusion finale


I/ Préambule

Je commencerais par citer la définition du jeu de rôle selon la fédération française du jeu de rôle (FFJdR) :

Citation:
Le jeu de rôle est un jeu de société qui prend ses origines dans les contes au coin du feu. Les spectateurs participent au conte en imaginant les actions des personnages. Le conteur mène le jeu en tenant compte de ces actions dans la suite de son récit. Ainsi l'histoire se construit grâce à l'imagination de l'ensemble des participants, c'est donc une sorte de conte interactif.
Dans un MMORPG, le rôle du maître de jeu (conteur de l'histoire) est tenu par le jeu lui-même, et par l'équipe d'animation du serveur (les game masters). Le jeu définit les règles, joue les pnj, lance les dés (dans un jeu de rôle papier, on lance des dès pour savoir si une action est réussie ou non, dans un jeu vidéo (c’est l’ordinateur qui fait le calcul automatiquement et gère complètement la partie, c'est une sorte de "robot maître de jeu" évolué).
Gardez à l'esprit que ce guide de jeu est adressé aux débutants, et décrit une façon de jouer simple et pas trop tordue. Avec l'expérience et la pratique, votre style de jeu s'affinera et peut-être que vous finirez par jouer totalement différemment... voir les précisions diverses pour plus de... heu... ben de précisions à ce sujet, forcément.
Je précise également que ce guide ne contient que des conseils, pas des règles, rien n’est obligatoire. Ce sont uniquement des conseils, si vous les suivez tous à la lettre, vous irez vers un style de jeu proche du mien, mais vous n’êtes absolument pas obligé de faire exactement comme dit dans le guide. Faire du roleplay, c’est jouer un rôle, c’est la seule chose commune à tous les styles de roleplay, tout le reste est subjectif.
Grâce à ce guide, vous allez pouvoir vous faire une idée, et commencer à jouer. Nous avons écris ce guide en partant du principe que le lecteur est autonome, et assez grand pour choisir de suivre ou non les conseils que contient ce guide.


II/ Le roleplay, c’est quoi ?

Le mot roleplay traduit littéralement signifie "jouer un rôle". Le roleplay, c'est le fait de manœuvrer son personnage comme si il avait une conscience propre et un libre arbitre.
Par exemple, si tu joue un elfe, il pourra lancer des vannes aux nains (la plupart des elfes et des nains ne s'aiment pas, c'est un stéréotype très répandu), alors que toi (en tant qu'être humain, en tant que joueur), tu ne nourris aucun mépris particulier pour eux. Tu te met dans la peau de ton personnage et lance les vannes que tu pense que ton elfe pourrait lancer dans la même situation, mais à coté de ça, tu pourras discuter hors roleplay (en tant que joueur, pas en tant que personnage) avec celui qui joue le nain, et bien rigoler de la joute à laquelle se livre vos personnages respectifs.
C’est pas encore très clair ? Ça le sera beaucoup plus une fois que tu auras lu la suite.
Je précise également qu’il serait plus juste de dire "les roleplays" plutôt que "le roleplay", étant donné que tout le monde joue différemment. Nous avons essayé de présenter dans ce guide un aperçu le plus large possible du roleplay en général, tout en nous concentrons sur les points les plus capitaux de chaque style de jeu.


III/ Le roleplay en 6 points

1 - La différenciation entre joueur et personnage

Première notion capitale donc : le joueur et le personnage sont deux entités différentes, ils ne sont pas la même personne. Le joueur (Gérard), n'existe pas dans l'univers du jeu, contrairement au personnage (Gandalf), qui appartient à cet univers. On peut comparer ça au système de marionnettes, Gérard manœuvre Gandalf comme un marionnettiste, en le faisant parler, en le faisant bouger, en lui donnant vie.
C’est ça le roleplay : donner vie à un tas de pixel au milieu d'un autre gros tas de pixel sur l'écran d'un pc. Et si tout le monde joue bien son rôle, ces tas de pixels se transforment vite en mondes fantastiques et en héros charismatiques dans l'imaginaire de tous.


2 - L'imaginaire

On en vient à la deuxième notion capitale : l'imaginaire. Dans un jeu de rôle papier, il faut tout imaginer : le décor, les personnages, les créatures, les objets... dans un jeu vidéo, tout cela est "pré imaginé" et retranscrit en un univers pictural complet, ce qui permet de ne pas avoir à faire d'effort d'imagination au niveau graphique (tout existe déjà virtuellement, à l'écran). En revanche, il y a toujours un effort d'imagination à faire au niveau des personnages, si vous ne leur donnez pas un caractère, une vie, des objectifs, un charisme, ils ne sont que des tas de pixels et de chiffres sans intérêt (du moins, sans intérêt pour un roliste, toutes les façons de jouer et les plaisirs sont respectables). Donc, en résumé, il faut imaginer ce que ferait ou dirait votre personnage dans une situation donnée, et le manœuvrer comme une marionnette à partir de ce que vous avez imaginé.


3 - La cohérence

La troisième notion essentielle, c'est la cohérence. Le personnage que vous jouez doit avoir une attitude cohérente avec l'univers et les autres personnages qui l'entourent, vous devez faire abstraction de ce que vous savez ou pensez, afin de vous mettre dans la peau de votre personnage. C’est certainement le plus difficile à appréhender, cette histoire de cohérence et d'abstraction des réflexes du joueur. Par exemple, selon l'univers de jeu (médiéval, futuriste), le milieu social du personnage (paysan, noble, aventurier) ou son âge (enfant, adulte) et son éducation, votre personnage tutoiera ou vouvoiera les autres personnages, ou bien en tutoiera certains et en vouvoiera d'autres selon des critères qui lui sont propres (mon personnage est noble et tutoie les paysans mais vouvoie les autres nobles, mon personnage est aventurier et tutoie tout le monde sauf les gens qu'il estime énormément). Il ne s'adressera pas non plus à un autre personnage en commençant par "Hé mec, tu viens grouper pour aller basher du mob ?". Il portera un nom cohérent¹. Il adoptera l'attitude et le comportement de quelqu'un qui se trouve vraiment dans sa situation... un personnage confronté à un énorme monstre ne crie pas "Help! tros gros lvl pour moi celui la lol" mais plutôt "*blêmit* A moi ! Un monstre !"
La cohérence est donc importante, dans les paroles et les actions de votre personnage.

¹vous ne verrez jamais dans un background officiel un personnage qui s'appelle LordPexUltraRoxman, comme vous ne croiserez jamais de pnj appelé manuchao, minusbigboss, Al Zeimer, french cancan, melodieduvent, rendévou, monsieur propre ou encore minimoi (je parle d'un univers heroic-fantasy ici).

NB : il y a une chose à dire à propos de la façon de s'exprimer. Beaucoup de joueurs roleplay pensent que pour que quelqu'un puissent se considérer comme roliste dans un MMORPG, il se doit de faire parler son personnage en langage soutenu, en évitant les émoticônes et en évitant un maximum de fautes d'orthographe. Comme vous l'aurez certainement compris, ce critère ne rentre en compte que s'il nuit à la cohérence du roleplay de quelqu'un. Quelqu’un qui écrit en langage sms peut très bien faire du roleplay, à condition que les gens avec qui il joue tolèrent sa façon d'écrire. En revanche, quelqu'un qui utilise des mots comme "lol", "pex" ou "mob" ne sera plus cohérent vis à vis de l'univers dans lequel vit son personnage, et donc ne sera plus roleplay dans la plus stricte définition du terme selon moi (ce n’est que mon avis, n’oubliez pas que chacun est libre de jouer comme il en a envie). Ne laissez jamais un autre joueur être désagréable ou dévalorisant avec vous, et encore moins lorsque celui-ci utilise sa vision du roleplay comme une arme. C’est un jeu, on s'y amuse, on ne doit pas critiquer la façon de jouer des autres tant qu'ils ne vous l'imposent pas.


4 - Le background

Un point important : le background (bg). Le background est la toile de fond, l'histoire d'un personnage ou d'un univers. Il est vivement conseillé de bien connaître le background d'un univers avant d'y jouer son personnage. Il est également conseillé de créer une base d'histoire à son personnage (son enfance, son cheminement jusqu'au moment présent) afin de mieux cerner ses réactions et sa façon de penser. Ça aide beaucoup dans l'interprétation d'avoir créé une histoire, même brève, à son personnage avant de le jouer, ça donne une base, et après il suffit de broder dessus. Certains joueurs roleplay pensent que le background est l'Histoire du personnage, qu'il est défini d'avance et qu'il ne doit pas changer. C'est une façon de jouer, mais je dirais tout de même qu'il est bien plus intéressant de créer une histoire tout au long de la partie plutôt que de suivre celle qu'on s'est déjà inventé.


5 - La liberté

Je vais aussi parler de liberté : le roleplay, c'est la liberté. Ce qu'on ne peut pas faire physiquement dans le jeu (frapper un autre personnage sur un serveur non pvp - qui ne permet pas le combat entre personnages par exemple) et bien il suffit de l'imaginer ! Et de le retranscrire par mot, avec toutes les conséquences derrière... ainsi, on peut assister à de vraies grosses bastons entre personnages sur un serveur non pvp, mais également à des complots, des prises de pouvoir politique, des querelles de familles, des histoires d'amour... autant de choses qu'un jeu ne peut pas reproduire d'une façon crédible, mais qui peuvent se passer dans votre imaginaire, dans vos mots. En roleplay, tout est permis.


6 - La signalétique

Dernier point : la signalétique. En général, les joueurs roleplay utilisent un certain nombre de codes qui peuvent paraître obscurs à quelqu'un qui ne les connaît pas :

- les parenthèses sont utilisées pour dire quelque chose hors roleplay (hrp), c'est à dire qu'entre parenthèses, c'est le joueur qui parle, et pas le personnage.
Exemple : "ho tiens... encore une de ces grandes perches d'elfes... rentrez dans vos forêts, oreilles pointues, avant de goûter à ma hache (hi hi lool je t'ai cassé là)"

- Les *...* ou les <...> sont utilisés comme des émotes, ces balises permettent de décrire le personnage physiquement (certaines personnes les utilisent pour dire aux autres joueurs ce que pensent leur personnage).
Exemple : "*respire très fort, et transpire à grosses gouttes* j'ai couru.... et couru maître, et le message de.... WARGHH *soudain pris de convulsions, s'effondre au sol* *dans un souffle* le... le poison."

(La signalétique peut varier suivant les jeux, les joueurs, les serveurs... mais généralement, tout le monde arrive à se comprendre.)

Pour la question des canaux de chat, tout dépend des joueurs... certains pratiquent le roleplay uniquement en local (autour du personnage), d'autres sur les canaux communs (région, royaume, guilde...), chacun est libre ici, mais notons tout de même que certains roleplay "violent" (comportant des insultes notamment) peuvent être mal interprétés sur un canal que des joueurs qui ne connaissent pas forcément peuvent lire, et ces joueurs peuvent parfois réagir hrp (en tant que joueur) à des propos roleplay (d'un personnage), créant au passage malentendus et frustrations. Selon moi, à éviter donc.


Conclusion

Le roleplay, c'est jouer un personnage, d'une façon cohérente avec l'univers dans lequel il évolue et les autres personnages qu'il rencontre. On peut comparer ça à du théâtre improvisé, il faut imaginer ce que ferait son personnage dans une situation, et le lui faire faire, mais toujours d'une façon cohérente, au niveau de son comportement, de ses attitudes et de sa façon de parler. A part ça, tout est permis...
Si j'insiste sur la cohérence, c'est parce qu'elle est directement liée à la crédibilité. Et la crédibilité permet l'immersion... Pour prendre du plaisir à s'immerger dans le personnage et l'univers, il faut faire en sorte que tout soit le plus crédible possible. Attention de ne pas confondre crédibilité et réalisme (ça reste un univers imaginaire, et donc, irréel par définition).

Je résume : cohérence = crédibilité = immersion.

Le roleplay donc, c'est donner vie à un personnage, dans le sens ou le personnage n'est plus un outil qui permet de créer une interaction avec le jeu, mais un élément du jeu à part entière, un jeu dans le jeu en somme.


IV/ Créer un personnage et l'interpréter en 6 étapes simples

1- Le background de l'univers

La première étape pour mettre au point son personnage est de lire le background du jeu lui-même (au moins ce qui concerne directement son personnage), afin de connaître le contexte dans lequel votre personnage évoluera. De plus, ça vous permettra de créer un personnage qui en saura davantage sur son monde, ou pas d'ailleurs, on peut jouer un personnage qui ignore certaines choses que l'on peut savoir soi-même. On trouve généralement les backgrounds officiels sur les sites officiels des jeux (logique ).


2 - Le background du personnage

Maintenant que vous en savez plus sur l'univers, il va falloir inventer votre personnage. Alors, plusieurs façons de procéder selon les goûts :
soit on aime bien écrire, et on fait un récit "littéraire" de la vie de son personnage jusqu'au jour ou il fait son entrée dans l'univers, une belle biographie qu'on pourra poster sur plein de forums pour faire son malin (hi hi hi).
Soit on n’aime pas trop écrire et on fait un récit plus sommaire de la vie de son personnage, qu'on pourra aussi rendre publique.
Soit on a pas envie de se prendre la tête avec ça, et on créé une sorte de fiche d'identité très sommaire qu'on gardera à la maison comme référence, en y notant régulièrement les évolutions et les péripéties de votre personnage.

(Noter régulièrement les évolutions et les péripéties, c'est valable pour tout le monde, ça permet de garder une cohérence, une constance dans son interprétation, ainsi votre personnage ne change pas de caractère et d'affinités toutes les semaines ; mais encore une fois, rien n'est obligatoire.)

Le background d'un personnage comporte son histoire proprement dite, mais peut aussi parler de son physique, de son caractère, de ses goûts, de ses idées...
Un background, de personnage ou d'univers, n'est pas un manuel de jeu, le suivre à la lettre n'est surtout pas obligatoire (c'est même pas marrant, je trouve). Vous avez envie de jouer un ogre, mais vous aimeriez bien jouer un gentil ? Qu’à cela ne tienne, ce n'est pas parce que le background de l'univers dit que les ogres sont des grosses brutes assoiffées de sang que c'est forcément vrai pour tous les ogres... si vous parvenez à créer une histoire qui justifie son alignement (l'alignement d'un personnage, c'est son karma : est-il bon ? neutre ? mauvais ? chaotique ?), alors foncez, et faites un ogre d'alignement bon.


3 - Le choix de la classe du personnage

une fois que votre personnage est mis au point dans votre tête, il faut le créer dans le jeu, et pour ça, choisir une classe... bien sur, la classe devra être cohérente avec votre background, si votre personnage est un brigand notoire, ne choisissez pas les classes de prêtre ou de paladin... sauf si vous trouvez une excellente raison roleplay de le faire ! Tout est permis !
A noter aussi qu'on peut très bien déterminer la classe d'un personnage avant de créer son background, comme ça on a déjà une idée du cheminement qui aurais pu l'amener a devenir ce qu'il est en jeu aujourd'hui, ça permet aussi de se faire une idée sur son caractère...


4 - Bon, je suis dans le jeu... je fais quoi ?

Hé bien faites ce que votre personnage ferait dans la même situation selon vous ! Vous êtes au quai, vous venez d'arriver dans la ville de départ... que va faire votre personnage.... aller tuer une bestiole ? Aller parler au grand type là-bas ? Chercher un marchand ? Chercher du travail ?
Et même chose quand vous vous adressez à d'autres personnages... par exemple, quand votre personnage aborde un autre personnage, il ne commencera pas par l'appeler par son nom... ben oui, vous, vous savez le nom du type, c'est marqué au dessus de sa tête, mais votre personnage, lui, ne dispose pas de cette information, dans son monde à lui, qui est crédible, les noms des gens ne s'affichent pas au dessus de leur tête (ce n’est que mon avis, question de style de jeu encore une fois) et ça fait un excellent prétexte pour débuter une conversation :

"Hé, salut ! Je viens d'arriver, c'est chouette ici !
- Oui... je ne suis pas la depuis très longtemps non plus
- Ah vi ? Et comment vous vous appelez ?" [...]

Tout cela variant selon le caractère, l'humeur, ou les objectifs de votre personnage.


5 - Et les joueurs qui ne jouent pas de personnages alors ?

Vous tomberez forcément sur des joueurs qui ne connaissent pas le roleplay. Vous pouvez les ignorer sur le moment, et leur reparler plus tard en privé (uniquement si vous êtes déjà occupé), ou leur parler entre parenthèses et leur expliquer votre façon de jouer. Mais en aucun cas, les critiquer ou considérer qu'ils ont moins leur place que vous dans le jeu, toutes les façons de jouer sont respectables, et on est tous là pour s'amuser. Il parle en langage sms ? Son seul but existentiel est de créer le plus puissant personnage possible ? Hé bien ouais, rien ne vous force à jouer avec lui, passez votre chemin et cherchez ailleurs de nouvelles aventures.


6 - Bon ben voilà... et c'est quoi le but du jeu maintenant ?

Ce qui a de bien avec le jeu de rôle, c'est que le but n'est pas de gagner, le but, c'est de jouer. Personne ne perd, personne ne gagne, tout le monde joue, tout le monde s'amuse.
L'important, c'est de vivre des trucs, de ressentir des choses en jeu... bref, amusez-vous, ne pensez pas à la suite, vivez l'instant et profitez-en !


V/ Les idées reçues

Faire du roleplay, c'est parler le vieux français.
Faux, tu peux faire parler ton personnage de la façon que tu veux, à partir du moment ou ça reste cohérent avec l'univers dans lequel il évolue. Ainsi, un univers futuriste permettra bien plus d'écarts de langage qu'un univers médiéval-fantastique, mais ça ne veut pas dire que dans un univers médiéval-fantastique, tout le monde doit parler comme Jean Reno dans Les Visiteurs (oui bon, j'aurais pu trouver mieux comme référence).

Faire du roleplay, c'est ne faire que parler un français impeccable durant des heures à propos d'histoires saugrenues dont personne n'a jamais entendu parler.
Faux, faire du roleplay, ce n'est pas ça... peut-être que des gens apprécient de jouer de cette façon, mais le roleplay, littéralement, par définition, n'oblige absolument pas à quoi que ce soit. Il faut juste jouer son rôle. Donc les fautes d'orthographe (tant qu'elles ne sont pas volontaires) sont parfaitement admissibles, et le "pex" (le mot est affreux) aussi. À partir du moment où vous jouez votre rôle, une campagne de pex peut très bien se transformer en simple chasse :
"Hé, que faites vous ?
- Nous chassons le gnoll, y'en a partout dans le coin (baah on pex hi hi hi)."

Quand on fait du roleplay, on doit obligatoirement passer des heures sur 200 forums à lire des trucs longs et compliqués.
Faux aussi, si les forum roleplay ne vous amusent pas, vous n'avez pas besoin de les fréquenter pour jouer votre personnage... c'est peut-être même plus intéressant de se tenir au courant par le bouche à oreille en jeu, que par la lecture de forums.

Les rôlistes sont condescendants et quand on leur demande pourquoi ils parlent bizarrement, ils nous disent entre parenthèses qu'on est des boulets qui comprennent rien au roleplay et qu'on a même pas lu le "bg".
Malheureusement, il y a des gens peu fréquentables partout. Et malheureusement, c'est toujours de ceux-là qu'on entend parler... en tout cas, si vous avez cette image des rolistes sur jeu vidéo en général, sachez que moi j'en connais beaucoup qui sont le contraire exact de cette idée reçue, et que je pourrais vous les présenter avec plaisir

Pour faire du roleplay, faut être un gros calé du jeu de rôle sur table.
Faux, archi faux... votre humble serviteur qui écrit ces lignes n'a que très peu joué à des jeux de rôles papiers, et à déjà rencontrer des joueurs au roleplay lamentable qui disait avoir passé des années à masteriser (jouer le maître de jeu) des parties de divers jeux de rôle papier.

Le roleplay, c'est un truc de gamin/de vieux/de coincés du cul/de frustrés/de schizophrènes/de raeliens/de manchots qui savent pas pexer/de hardcore gamers/de casual gamers...
Tout le monde peut faire du roleplay, il faut juste savoir écrire et avoir de l'imagination.
Je joue un rôle dans le jeu, mais je ne dis pas que je suis un joueur roleplay. Le mot roleplay a pris une connotation élitiste et snob que je ne supporte pas.
Il ne tient qu'à nous, joueurs roleplay tolérants et respectueux, de redorer le blason et de promouvoir le roleplay auprès des autres joueurs !

Le roleplay, c'est d'écrire de très longs textes (les plus longs possibles) sur des forums (sur le maximum de forums possibles) qui soient les plus farfelus et les plus soporifiques possibles.
Encore faux... on peut très bien faire du roleplay sans écrire de longues histoires pour son personnage, bien que la pratique soit courante, et appréciée par beaucoup de rolistes. Encore une fois, l'important, c'est de s'amuser, ni plus ni moins, si ça vous amuse pas d'écrire une biographie publique, et ben vous écrivez un bg de 12 lignes plein de fautes... à partir du moment ou vous vous amusez... rien n'est plus important.

Il faut obligatoirement faire partie d'une guilde, et pas n'importe laquelle, pour pouvoir faire du roleplay.
Ben non, pas obligatoirement... faire partie d'une guilde, roleplay ou pas, a de nombreux avantages, mais un joueur solitaire pourra très bien développer un roleplay complexe juste avec les rencontres fortuites que fera son personnage, même si c'est plus long et compliqué.


VI/ Précisions diverses

a) Les personnages méchants

Jouer un personnage mauvais est parfaitement envisageable, et peut-être particulièrement fun, mais demande des précautions supplémentaires... votre personnage est très vilain, et dans le monde réel, les gens très vilains, on les aime pas, donc si vous rencontrez des joueurs qui ne connaissent pas le roleplay, il y a de fortes chances qu'ils pensent que vous êtes vraiment méchant derrière votre écran, et ils pourraient vous attaquer verbalement ou même vous dénoncer à un maitre de jeu (GM), croyant que vous êtes malpoli et désagréable juste pour embêter les autres joueurs.
Il faut donc être prudent pour jouer un méchant, ou d'une manière générale un personnage qui ne sera pas sympa aux premiers abords...
Certaines personne peuvent apprécier le fait de se "défouler" en étant le plus méchant possible dans le jeu, et en se cachant derrière de pseudos raisons roleplay. C’est plus fréquent qu'on ne le croit, et c'est particulièrement désagréable... ton personnage parle à un type, et ce type se met à t'agresser (pas toujours avec talent) sans raison particulière, et si tu fais la remarque hrp, il invoque le saint roleplay qui lui permet de dire tout ce qu'il veut. Non, le roleplay ne permet pas de manquer de respect à un autre joueur. Quand un joueur vous demande hrp d'arrêter, il faut arrêter et/ou passer à autre chose.
Les gens qui ne comprennent pas ça, et qui pense que faire du roleplay leur permet de tout dire et faire, sont ce qu'on appelle des GROS LOURDS. Il vaut mieux ignorer ces joueurs là.


b) Les rôles étranges

Il ne faut jamais brider son imagination, et pour s'amuser, tout est bon. Je vais vous donner quelques pistes de rôles un peu originaux qui peuvent apporter d'autres sensations de jeu (pour les joueurs un peu expérimentés quand même) :

les personnages un peu, ou complètement dingues sont très plaisants à jouer : maniaque névrosé schizophrène, doux dingue qui se prend pour un prophète, troubles obsessionnels compulsifs, narcissisme exacerbé, transe, délires psychotiques... c'est un peu compliqué à gérer mais c'est super fun.
les personnages muets ou aveugles peuvent être sympa aussi... les premiers ne s'exprimeront qu'avec des emotes, les seconds devront simuler la cécité.
les ermites et les philosophes, qui ont tendance à utiliser des métaphores en permanence, ou qui parlent à l'envers comme yoda peuvent être très fun à jouer...
toute l'étendu de rôles de pleutres, de trouillards et de paranoïaques peuvent être un vrai délice à explorer. Notons qu'ici, c'est doublement intéressant, car le personnage pourra évoluer du tout au tout et apprendre à gérer et à combattre ses peurs à force de vivre moultes aventures.
les gros dragueurs (ou dragueuses hein) qui tombent amoureux de tout le monde peuvent être super super marrants, mais attention, on peut vite tomber dans la lourdeur avec ce genre de rôle... à utiliser avec parcimonie.
Ces types de rôle originaux peuvent être joués au second degré et avec beaucoup d'humour, je les conseille à ceux qui aiment bien rigoler et surtout faire rigoler.


d) Faire de l'expérience tout en faisant du roleplay

Déjà, il faut savoir qu'on est pas obligé de faire du roleplay tout le temps... si vous avez envie d'aller massacrer quelques gobelins sans raisons roleplay, juste pour pexer par exemple, ben faites-le, faut bien s'amuser... mais sachez qu'il est possible, avec un peu d'imagination, de trouver une raison roleplay à tout ce que vous pouvez faire dans le jeu, de l'artisanat à la chasse, des quêtes à la recolte de ressources.


e) Quand ça commence à dériver hrp

Il arrive que lors d'une conversations agitée entre deux personnages, les choses montent d'un ton et commence à déborder hrp pour diverses raisons... la meilleure chose à faire est d'arrêter le plus tôt possible de jouer son personnage, et de s'expliquer entre joueurs adultes en privé.


f) Être à l'aise dans son rôle

Comme dit plus haut, le but du jeu c'est de s'amuser, de ressentir des trucs, de passer de bons moments... alors si vous êtes mal à l'aise dans votre rôle, choisissez en un autre ! Au bout de quelque temps, normalement, vous finissez pas jouer naturellement votre rôle, par adopter des réflexes... vous finissez par être votre personnage pendant que vous jouez, et l'immersion est totale.
Si vous n'êtes pas à l'aise dans votre personnage, autant arrêter... vous aviez envie de jouer un méchant, et vous vous rendez compte qu'il finit toujours par avoir des réactions de gentil ? Ben soit vous refaites un personnage gentil cette fois, soit vous trouvez un moyen de "convertir" votre personnage existant, et de changer son alignement sans perdre en cohérence.
Les paroles et les actions de votre personnage doivent être naturelles et crédibles, et plus vous jouerez le même personnage, plus ce sera facile.


g) Rendre rp une situation qui ne l'est pas

Vous jouez un druide, et on vous a donné une quête d'anéantissement en masse de gentils animaux de la forêts (les druides sont des protecteurs de la nature) ? Trouver une justification roleplay à cette quête est difficile, mais possible... on peut imaginer que les animaux de la forêts deviennent trop nombreux, à cause de la raréfaction de certains prédateurs, et qu'en tant que druide responsable, vous vous devez de réguler tout ça à coup de bâton et de tempête de glace.
Laissez couler votre imagination, et vous pourrez toujours trouver une bonne raison de faire quelque chose... ça peut-être tiré par les cheveux, ça peut-être du dixième degré, bah c'est pas grave, l'important, c'est de s'amuser !


h) Le roleplay collectif

Faire du roleplay tout seul, ça n'est pas possible, et les relations qui s'établiront entre les personnages iront probablement plus loin que la discussion sur la horde de gobelins décimés la semaine dernière. Créer des histoires pour son seul personnage, ça n'est que le début, vous aurez vite la possibilité de mettre en place des scénarios et des backgrounds qui toucheront plusieurs personnages, et influeront sur leur jeu. Et puis ensuite, vous pourrez créer toutes sortes d'histoires qui ne seront même plus directement rattachées aux personnages, ça peut-être des histoires sur des lieux, la mythologie et les religions locales, des créatures, des objets...
Les roleplay collectifs qu'on croise le plus souvent se font au niveau de la guilde. Les guildes de rolistes ont souvent une histoire propre, une background de guilde, qui touche à tous les personnages qui la composent. Lorsqu'on intègre une guilde de rolistes, on doit bien souvent adapter son background au background de la guilde que l'on rejoint.

Exemple d'une histoire de lieu : le background de ma guilde donnait une importance capitale à un endroit dans le jeu, une petite colline surmontée d'une tour, surplombant le désert. Nous avions nous-même appelé cet endroit le Mont Élévation, et les membres de la guilde s'y rendaient en pèlerinage... c'était la que se sont passés certains événements historiques capitaux de notre histoire, il fallait enlever ses bottes pour y aller. Tout ça à partir d'une simple colline insignifiante dans le jeu...

Exemples de roleplays de guilde : il y a des dizaines de roleplays de guilde. Mais il existe des grands classiques (cette liste est loin d'être exhaustive) :

il y a la guilde "famille", ou tous les membres font partie de la même famille, ou du même clan (ce qui demande un aménagement important des backgrounds de tous les personnages qui font partie de la guilde ou qui la rejoignent).
il y a les guildes de mercenaires, exécutant diverses missions pour l'argent.
il y a, bien sur, les guildes mystiques, dont le roleplay se base sur une religion, ou une philosophie. Ce seront généralement des ordres, ou des confreries.
il y a aussi les guildes marchandes, qui réunissent des marchands et des artisans.


i) Le Meta-Gaming

Le meta-gaming, c'est quand le personnage imaginaire fait référence à un univers qui n'est pas le sien, comme le monde réel, ou un autre univers imaginaire. C'est un tue-rp indéniable. L'utilisation de tous les mots qui font référence au monde réel, même s'ils sont liés à la mécanique du jeu, du genre "mob", "pex", "loot", "xp", "lol", "aq", "afk", "agro", "link", "buff", "cast", "tchat"... sont absolument hors roleplay, et brise la magie immédiatement. Le joueur peut très bien les utiliser, mais le personnage ne les connaît pas.

Démonstration par l'exemple :
C’est comme si au travail, vous disiez à votre collègue à l’approche du patron "Help inc agro !!", ou après avoir réussi à faire marcher la photocopieuse "T'as vu lol ? J'ai pris un lvl en réparation de machines pourries !" ou encore, en vous adressant à un barman "Hola Tavernier ! Sers-moi donc un doux nectar dont tu possèdes le secret. Pourfendre toutes ces créatures m'a terriblement asséché le gosier. Allons mon brave, pressez, ou je sors ma hache enchantée !"

Si vous parlez comme ça, on va vraiment vous prendre pour un dingue. Donc, si le contraire se produit, si votre personnage utilise un vocabulaire qui ne prend aucune racine dans SON univers, les autres personnages ne le comprendront pas, et/ou le considèrerons comme fou !
L'utilisation de ces sigles par le personnage est appelé meta-gaming. L'utilisation du meta-gaming dé-crédibilise complètement toute situation et tout personnage.
Et là ou ça devient un réel problème, c'est que ca peut nuire à l'immersion des autres rolistes. Quand ça vient de la part de quelqu'un qui ne connaît pas le jeu de rôle, ça peut se comprendre, et il suffit d'aller jouer ailleurs. Mais quand un roliste essaie de jouer avec vous en faisant du meta-gaming, c'est déjà plus difficile de se concentrer et de s'immerger dans la situation !

Mais attention, il n'y a pas que du mauvais en meta-gaming. Ça peut aussi être un excellent moyen de rigoler un peu et de relâcher la pression. Dans les aventures du donjon de Naheulbeuk, beaucoup de vannes sont basées sur le meta-gaming.
Le meta-gaming en jeu est à consommer avec modération, et uniquement avec des joueurs que l'on connait déjà.

Voila pour mon avis. Mais j’ai déjà croisé une personne qui disait jouer d’une façon bien particulière : il joue son personnage comme si celui-ci était conscient de faire partie d’un jeu vidéo. Et donc, le personnage peut employer toutes ces formules, puisqu’il est un personnage de jeu vidéo et qu’il en est conscient. Personnellement, j’ai du mal à comprendre l’immersion ou l’amusement qu’on peut tirer de cette façon de jouer, mais pourquoi pas ? Tout est permis après tout.


j) Un joueur = un roleplay. Ça fait beaucoup de roleplays tout ça...

Chaque joueur à sa propre façon de faire du roleplay, et il y a une multitude de styles de jeu différents, parfois très proches, parfois très différents. Ce guide présente une façon de jouer, qui (je pense) est très suffisante pour débuter, mais ensuite, votre façon de jouer pourra s'affiner et se différencier. Je me répète mais n'oubliez pas : le plus important, c'est le fun ! Ainsi, certains préfèrent jouer des rôles en total décalage avec l'univers dans lequel ils font évoluer leur personnage, d'autres baseront leur jeu sur l'humour (un peu façon Nalheulbeuk), d'autres préféreront jouer uniquement l'amour, et certains ne feront que très peu de roleplay en jeu, préférant développer leurs rôles sur les forums.
Bref, la seule obligation en roleplay, par définition, c'est de jouer un rôle, quel qu'il soit. Je rajouterais pour ma part une autre obligation, mais qui tient plus de la charte de comportement que du roleplay : jouer et laisser jouer.
Ce que je viens d'expliquer permet de comprendre la difficulté de définir, ou d'expliquer le roleplay... c'est tellement vaste, et il y a tellement de façons différentes de jouer, que de faire tenir une telle définition en une phrase est impossible... faudrait écrire un livre là-dessus (ne me regardez pas comme ça).


VII/ Conclusion finale

J’espère que ce guide de jeu vous aura suffisamment éclairé pour vous mettre au roleplay, parce que le roleplay, c'est super trop top giga cool.
N'oubliez pas : c'est le temps et l'expérience qui rendra l'interprétation plus facile, moins sur-jouée, plus subtile... n'hésitez pas à créer des personnages caricaturaux dans les premières parties, ils sont plus faciles à jouer et toujours divertissant.

Et surtout : tolérance, respect et fun ! Enjoy !


source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outlaws.frbb.net
 
[Le RP c'est quoi ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous avez quoi comme téléphone portable ?
» DBZ arcade ca vaut quoi?
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» A quoi ressemble l'eau sur Mars ?
» Les tokens c'est quoi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Outlaws :: Sas d'embarquement :: Recrutement-
Sauter vers: